Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

LE BLOG D'UNE FEMME PASSIONNEE DE POLITIQUE

 

ACTUALITE LOCALE, NATIONALE OU INTERNATIONALE :

 VENEZ DIALOGUER AVEC MOI !

Recherche

19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 14:09

La honte soit sur François et sa descendance jusqu'à la sixième génération !

Bon, j'exagère un peu. Ses enfants et ses concubines ne sont pas responsables du comportement de François Hollande.

Mais lui ? Non content d'avoir laissé une ardoise de 9 milliards de promesses de dépenses inconsidérées à son successeur, de le fustiger en France et surtout à l'étranger, ce qui ne se fait pas, le nouvel ambassadeur de sa propre personne, qui fut incapable de gérer notre pays, se fait grassement payer pour parler de ses échecs.

Tout le monde le sait - comment faire autrement ? - l'ex-président de notre pays moribond va bavasser en Corée, et obliger ses hôtes à massacrer le français parce qu'il ne parle que sa langue maternelle.

Qu'il se fasse payer pour donner les recettes de ses échecs, passe encore, çà peut servir à ceux qui l'écoutent afin qu'ils ne commettent pas les mêmes erreurs. Mais que, à cause de ses échecs, son ex-parti qu'il a laissé exsangue doive mettre la clé sous la porte et licencier ses salariés, là c'est trop fort !

Lui le chantre du redressement de la courbe du chômage, il est devenu l'exécuteur testamentaire de sa propre mort.

Je suggère très fortement à François Hollande d'apporter sa contribution, non seulement à sa propre fondation, mais pour les primes de licenciements de ceux qui croyaient qu'ils étaient fonctionnaires à vie. Il lui en restera encore assez pour se payer un MacDo, mais sans Coca Cola, les députés de la majorité ayant voté une taxe sur cette boisson hier à l'Assemblée.

Quant aux militants, il n'en reste plus un, personne ne voulant accepter l'héritage d'une dette (clic) de 2,244,570,202,230 €. (Relevé à 13 h 57).

Eriam

 

Repost 0
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 10:35

Les porcs harceleurs, violeurs etc. et les riches sont quelquefois les mêmes.

Les exemples de Weinstein, - dommage qu'il ne s'appelle pas : Wein-schwein (porc en allemand) - Trump avant qu'il ne s'achète une nouvelle virginité, et bien d'autres, le prouvent à l'évidence.

Mais il y a aussi tous les hommes de pouvoir, riches ou non, politiques ou non, petits chefs qui ont la main mise sur leur "personnelle" qu'ils menacent de chômage si elle ne cède pas à leurs avances.

La parole se libère, entend-on dans les médias. C'est ainsi que Carla Bruni, mannequin avant d'être Sarkozy, a avoué que, ni Jean-Paul Gaultier, ni Karl Lagerfeld pour lesquels elle a travaillé toute jeune, ne lui ont jamais fait d'avances, ni mis la main aux fesses. Et pour cause ! Les mannequins n'ont pas de fesses.

Quant à moi, une fois n'est pas coutume, je vais vous livrer une blessure enfouie dans ma mémoire mais que le scandale de ces derniers jours a fait resurgir.

J'avais 13 ans et je passais un examen oral d'histoire-géographie. Devant moi, vautré sur une chaise, un homme libidineux, dont les vêtements étaient tachés, un bout de langue passant sur ses lèvres, m'interrogeait en me regardant d'un air cochon. Ne pouvant soutenir cette vision, je baissais les yeux. Sa braguette était ouverte et son outil à l'air ! Ca ne s'oublie pas !

Dommage ! Il y a prescription et je ne connaissais pas son nom. De toutes façons c'était un enseignant de l'Education Nationale !

Pour clore ce chapitre, et sans dénoncer qui que ce soit, je voudrais quand même rappeler que notre président bien-aimé a avoué avoir harcelé Brigitte pendant 10 ans (il en avait 15 quand il a commencé) avant d'arriver à ses fins : l'épouser.

Lui, au moins, il a été jusqu'au bout et a signé son "crime" à la mairie.

Eriam

Repost 0
16 octobre 2017 1 16 /10 /octobre /2017 17:50

Je ne pense pas que le sentiment d'Eriam sur la prestation du divin Emmanuel dimanche soir sur la chaîne du bonheur et de la téléréalité, soit particulièrement attendu par ses lecteurices. Tant de gens plus importants, plus lettrés, plus hargneux, plus léchouillards, plus, plus, plus, qu'elle ont déjà fait tous les commentaires possibles et même impossibles.

Je retiendrai seulement qu'il nous aime (nous les Français) et qu'il veut toutes-zé-tous nous protéger. Je me sens plus sereine.

Cependant, j'ai remarqué que les deux journalistes vedette et ex-vedette du 20h le regardaient fascinés, prêts à tomber amoureux, eux aussi.

J'ai également noté que les cheveux de David Pujadas, moins pugnace, avaient pris un coup de gris, et qu'il portait maintenant la raie sur le côté ce qui lui donne un petit air tristounet qui lui va bien.

Je ne parlerai pas de la journaliste Anne-Claire Coudray qui, loin d'être subjuguée, a essayé vainement de ne pas s'en laisser conter, mais a dû se contenter d'écouter l'Oracle.

Je ne relèverai pas non plus les expressions délicieusement désuètes dont nous a gratifiés le petit Emmanuel et dont, pourtant, je suis friande.

En conclusion, je n'en dirai pas plus car, si vous avez regardé et écouté le monologue du président, vous vous êtes fait votre propre opinion. Du moins je l'espère.

Ce sur quoi je reviendrai brièvement, est la phrase qui a couru sur les réseaux sociaux, tellement évocatrice mais pas assez violente à mon goût : "Balance ton porc !".

L'image de DSK m'est apparue un groin au milieu de son visage bouffi. Sera t-il re-balancé par ses victimes ?

Quant aux femmes musulmanes qui subissent le même sort, comment peuvent-elles exprimer leur colère puisque leur religion les oblige au port du voile mais leur interdit le porc ?

Eriam

 

 

 

 

Repost 0
14 octobre 2017 6 14 /10 /octobre /2017 05:44

Je ne veux pas parler des personnes auxquelles on donnait autrefois le nom de ce bel oiseau et qui arpentaient les trottoirs, mais des immenses structures de métal qui nous menacent, surtout par grand vent, de leur ombre de plus en plus haute.

Nicolas Hulot, énervé par les constructions qui envahissent nos villes et nos campagnes sans aucun discernement, veut taxer le béton.

Selon le dicton : "Quand le bâtiment va, tout va" et eu égard aux besoins en logements de toute sorte, l'attitude du ministre régalien de l'Ecologie va à l'encontre des souhaits de son gouvernement.

Ségolène Royal, sa prédécessrice, s'insurge, elle aussi, contre la bétonisation des zones agricoles. 

Si l'on continue à préserver les beaux quartiers de l'Ouest de Paris, on bétonne à mort les grands champs de l'Est, transformant ainsi le grenier de la Brie en casiers empilés les uns sur les autres pour y loger ceux qui ne peuvent se permettre de vivre dans la capitale.

Quelque 25 ans après Mickey l'envahisseur, le massacre à la bétonneuse continue. 

Tandis que les Chinois achètent nos terres agricoles pour cultiver les céréales au profit de leurs milliards d'individus, les Français détruisent celles qui les nourrissaient.

Certains maires, pas tous heureusement, et bien que menacés de ne plus percevoir la taxe d'habitation, n'hésitent pas à donner (vendre ?) des permis de construire à tout va, sur la moindre parcelle de terrain, pour le plus grand bonheur d'individus peu scrupuleux qui morcellent leurs propres terrains au mépris de la loi même.

Les projets des prédateurs fleurissent en plein champ, promettant monts et merveilles dans des villages non équipés pour recevoir un afflux de population massif, et déjà engorgés par une circulation non maîtrisée et non maîtrisable.

Le village gaulois (clic) dont je vous parlais il y a quelque temps encore, et qui avait échappé au massacre promis il y a deux ans, revient en force dans la course avec un projet qui n'en est déjà plus un. Une des rares fermes encore en vie dans la région va être détruite.

A qui profite le crime ?

Eriam

 

 

 

 

Repost 0
11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 09:05

 

Parmi les actes plus ou moins généreux que s'acharnent à nous concocter les ministres, et surtout les ministresses de Sa très gracieuse Majesté Emmanuel, il en est un que je trouve plutôt cool, si vous me permettez de parler jeune. Après tout je le suis toujours !

Ce geste, à l'encontre des hommes trop empressés et qui pratiquent le harcèlement de rue, c'est Marlène Schiappa, Secrétaire d'Etat chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, qui l'impose.

Après avoir brimé ces pauvres humains du premier sexe en les pénalisant s'ils s'offraient les services d'une péripatéticienne, il y a quelque temps déjà, voilà qu'on les empêche d'interpeller le beau sexe dans la rue. Qu'elle ne mélange pas tout Marlène, il y a des femmes qui adoreraient qu'on les interpellât... encore !

Selon mon expression préférée, trêve de billevesées. La même Marlène (pas la magnifique Lily Marlène bien sûr), a proposé que les femmes qui répugnent à se faire faire un enfant par un mâle, pourraient concevoir sans péché qu'elles soient lesbiennes ou non. Va pour un mâle en mal d'enfant, et encore, puisqu'il ne peut le porter, mais qu'une femme normale refuse de procréer avec un homme normal, ça dépasse l'entendement. Mais après tout qu'est-ce qu'un homme et une femme normaux ?

Ces petites choses, sans doute sous prétexte de modernité et dans l'esprit de les faire avancer, la Marlène en a encore plein à nous imposer.

Soit. Nous avons maintenant le mariage pour tous, la manif pour tous, tous les sexes pour tous. À quand l'euthanasie pour tous qui, pour nombre de personnes, serait une solution pour éviter le harcèlement thérapeutique ?

J'arrêterai là ma démonstration pour ne pas être taxée de "harcèlement textuel" et me retrouver obligée d'écrire 100 tweets de 140 caractères sur les réseaux sociaux.

Eriam

Repost 0
10 octobre 2017 2 10 /10 /octobre /2017 11:49

Pour aller manger des saucisses. Emmanuel, qui ne s'est pas encore transformé en conducteur de locomotive TGV, est parti de bon matin, accompagné de tout ce qui compte dans la Littérature Française, pour inaugurer la foire aux livres de Francfort. Evénement pipole en diable s'il en est ! Tout le gratin des prix Goncourt va lui faire des courbettes jusqu'à l'arrivée où la Chancelière Angela va l'accueillir en lui claquant quelques grosses bises (ach so !) sur ses petites joues de président de la France.

Oh ! comme je suis contente de ne pas avoir été invitée ! Remarquez que ç'eût été difficile car l'on n'a pas encore autorisé les blogueurs à entrer dans la catégorie des Goncourt et autres Renaudot, Femina etc. Et pourtant, selon une expression à la mode - encore une - il peut y avoir "des pépites" dans les petits blogs répandus sur la toile !

A propos de blog, ma chronique d'hier a re-attiré quelques lecteurices qui s'étaient abstenus depuis quelque temps. Ca me redonne du courage !

En effet, il y a peu de choses qui échappent aux commentaires des uns et des autres, et traiter l'actualité de manière originale est devenu de plus en plus difficile, ce d'autant que rien de positif ne se passe depuis bien longtemps.

A cet égard c'est fondamental, ainsi que l'aurait dit notre bon président Jacques Chirac, je ne suis pas totalement en désaccord avec les manifestants qui devraient défiler à Paris aujourd'hui. Particulièrement les personnels de santé.

Comme ils sont de moins en moins nombreux dans les hôpitaux, leur tâche est de plus en plus difficile, et les patients de moins en moins bien traités. Et ce n'est pas forcément dans les établissements privés qu'on reçoit les meilleurs soins.

En conséquence, il est certainement préférable de mourir sur la voie publique qu'aux urgences dans un hôpital, fut-il privé ou public. Au moins, on n'attend pas pendant des heures pour le même résultat ! 

Eriam

 

 

Repost 0
9 octobre 2017 1 09 /10 /octobre /2017 16:19

Depuis quelques semaines je remarque avec regret que je subis une certaine désaffection de la part de mes lecteurices bien-aimé(e)s. (A propos de ce mot que j'ai inventé il y a fort longtemps, j'ai appris cette semaine que les féministes se le sont approprié sous forme "d'écriture inclusive". Hum !)

En effet, le mois de septembre a été marqué par une fréquentation en baisse de mon blog, alors qu'en cette saison, habituellement, rentrés de vacances déconnectées (grand bien leur fasse), bronzé(e)s et reposé(e)s, mes fidèles reviennent en masse. Le début du mois d'octobre n'est guère prometteur.

Lassitude ? Désamour ? Les querelles, couacs et polémiques en tout genre que nous offre chaque matin, et même la nuit, l'actualité, découragent-ils mes suiveurs ? Je préfère ce mot à celui de "follower". Nous sommes en France que diable !

Bien sûr, je ne suis pas visible sur les réseaux sociaux et ceci expliquerait peut-être cela. Cependant, b....l, j'ai autre chose à f....e que gazouiller (twitter), ou facebouquer (je n'ai pas l'équivalent en français) à longueur de journée ! On ne dit même plus "aimer" on dit "liker".

Alors que les ministres proches d'Emmanuel Macron, ses "lovers" ne cachent rien des sentiments amoureux qu'ils éprouvent pour leur président bien-aimé, s'affranchissant même de toute pudeur et ne se posant même pas la question de savoir si Brigitte apprécie, vous êtes de moins en moins nombreux à me rendre visite tout simplement.

Et pourtant, je vous aime toujours puisque j'essaye de vous livrer, presque quotidiennement, des petites viennoiseries ou chinoiseries toutes chaudes, avec ou sans beurre.

Ce n'est pas le cas de la Cour d'Emmanuel qui, bien que la plupart de ceux qui la composent ne parlent pas anglais, et après nous avoir expliqué que le petit roi est un homme comme les autres qui a le droit de se lâcher et de proférer des gros mots en français, nous balance des mots anglais dont ils ne comprennent même pas la signification. (Edouard Philippe ce matin tentant d'expliquer l'objet du séminaire de dimanche, sur Europe1.) 

A écouter sans modération en "Podcast", version Nicolas Canteloup, (clic) pour ceux qui auraient manqué ce morceau d'anthologie.

Eriam

Repost 0
6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 20:20

Qui l'eût cru ? La Chine, après s'être sévèrement éveillée et avoir envahi nos villes et nos campagnes, s'est mise à manger des croissants au beurre et autres viennoiseries qui remplacent les chinoiseries au riz que les Chinois prenaient autrefois au petit déjeuner.

Finis les Dim sun et autres feuilles de riz emballant des légumes, viande, poulet etc. C'est juste bon pour les européens qui en dégustent même dans les grands restaurants.

Un petit aparté : lorsque j'étais très jeune, avec mes camarades de classe, nous avions l'habitude, avant de nous élancer sur les routes pour une promenade, de crier : "Aaaaaaah, du oui, du oui, du oui, du oui, c'est pas un' nou-iture pour les Euwopéens". (A lire à voix haute.). Eh bien c'est fini maintenant !

Les Chinois veulent nous imiter et bouffer de la culture française en pillant nos stocks de beurre après avoir acheté nos terres cultivables par dizaines de milliers d'hectares.

Problème : les stocks de beurre sont à plat, et les pis des vaches sont à sec faute d'éleveurs de bovins en quantité suffisante, nombre de nos paysans ayant dû, soit vendre leur cheptel à un prix dérisoire, soit se suicider car, étranglés par la Grande Distribution, ils ne pouvaient payer leurs dettes ni manger correctement.

Conséquence, le lingot de beurre vaut presqu'autant qu'un lingot d'or, à la différence qu'il n'y a plus assez de beurre pour fabriquer ces petits gâteaux très français que l'on nomme "Petit Beurre".

A quand une taxe sur le lingot de beurre ?

Eriam

Repost 0
5 octobre 2017 4 05 /10 /octobre /2017 10:26

 

Eu égard au sujet que j'ai traité hier, vous devez vous attendre à ce que je parle du postérieur de notre président. Ne parlant que de ce que je connais, ou crois connaître, je ne suis pas en mesure d'évoquer ce sujet.

Emmanuel est jeune, aimé par sa maman, son autre maman, idolâtré par ses ministres qui entretiennent avec lui une relation amoureuse fusionnelle (sic). Il est donc un enfant archi gâté. Et comme tous les enfants gâtés, il pique des colères. Crotte alors !

Pourquoi n'aurait-il pas le droit de laisser le vernis craquer lorsqu'il est assailli et maltraité par les ouvriers qui n'en peuvent plus d'être virés ?

Autrefois, sa grand-mère l'aurait peut-être autorisé à exprimer sa colère en criant : "Pisse, crotte, caca boudin" ?

Mais de nos jours, quand la moutarde monte sérieusement au nez de quelqu'un, fut-il président de la République, ce sont des mots beaucoup plus forts qui sortent de sa bouche.

Je ne rappellerai pas les colères de certains qui traînent encore à leur postérieur des mots vulgaires et méchants.

Emmanuel s'était bien tenu jusqu'ici. Bien poli, bien propre, bien mis.

Accordons-lui, mais pour cette fois seulement, le pardon de ses offenses.

Amen.

Eriam

PS. Je sens que je vais me faire des ennemis.

Repost 0
4 octobre 2017 3 04 /10 /octobre /2017 08:29

 

Pour ne pas choquer par un titre vulgaire, j'ai utilisé les initiales du Papier Hygiénique, plus communément appelé PQ.

Le PQ manque cruellement dans les WC des écoles (je ne traduirai pas ces deux initiales par le terme le plus souvent utilisé dans la vie courante et qui commence par un C).

En dehors de l'absence quasi totale de cet accessoire nécessaire à une hygiène minimale, l'on nous raconte une histoire vraie : les enfants n'osent pas aller aux toilettes à l'école car elles ne sont que rarement nettoyées. S'ensuivent des troubles intestinaux que les parents doivent soigner, s'ils en ont le temps.

Toujours à propos de PQ, un étudiant interrogé sur le manque à utiliser que représente la réduction de cinq euros de son APL, met en avant, sur le même plan que la nourriture, le prix du PQ dont il doit limiter l'usage par manque de moyens !

Nous savons depuis longtemps que certains pays, en dehors de l'absence de WC, sont totalement privés de PQ et que dans d'autres pays il coûte... la peau des fesses.

La presse écrite ayant de plus en plus tendance à être remplacée par la presse numérique, la possibilité de l'utiliser comme PQ, comme au bon vieux temps, disparaît.

Donald Trump, toujours élégant et plein d'à propos, m'a soufflé une chute pour cette chronique. En visite à Porto Rico hier pour y constater les dégâts du dernier ouragan qui a affecté cette île et réconforter ses habitants, leur a jeté... du PQ sur la tête !

Tirons la chasse !

Eriam

PS. Une idée pour sortir Emmanuel Macron du pétrin (je suis polie) à propos de la suppression de l'ISF. Les très, très, très riches, c'est bien connu, ont des fesses délicates. Ils doivent donc utiliser du PQ très, très, très doux qu'ils ne peuvent trouver que dans des boutiques de très, très, très grand luxe, signé Vuitton par exemple. Pourquoi ne pas surtaxer ce signe extérieur de très, très, très, grande richesse ?

Repost 0