Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE BLOG D'UNE FEMME PASSIONNEE DE POLITIQUE

 

ACTUALITE LOCALE, NATIONALE OU INTERNATIONALE :

 VENEZ DIALOGUER AVEC MOI !

Recherche

25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 10:54

Violence2.jpg

La parole est aux femmes en ce dimanche consacré aux violences perpétrées à leur encontre. Pas seulement lorsqu'elles sont petites filles, jeunes filles ou jeunes femmes, mais également mariées et pas forcément jeunes.

L'une d'entre elles, m'a demandé, après avoir mûrement réfléchi aux souffrances que réveillerait la narration de ce qu'elle a subi, de faire paraître son témoignage tout en gardant malgré tout l'anonymat.

Après 25 ans de silence et 2 suicides manqués, Julie ouvre son coeur meurtri et laisse parler cette mémoire qu'elle a tenté de faire taire depuis tout ce temps.

"Epouse d'un homme respecté et admiré dans le monde des affaires, situation enviable, passionnément amoureuse de son mari, elle n'avait pas imaginé son narcissisme pervers qui, de maîtresse en maîtresse, lui imposa un style de vie loin de son idéal.

Après maintes souillures de son corps par les maladies qu'il lui transmit du fait de son absence totale de conscience, elle tenta de se refuser à lui à maintes reprises.

Point de coups qui marquaient le corps de traces effaçables par le temps, mais des violences plus subtiles qui rendaient douloureux son corps à l'intérieur et surtout son esprit.

Lorsqu'elle parvint enfin à se libérer de l'emprise sexuelle, il lui fallut plus de dix ans avant de pouvoir, sinon pardonner, du moins se sentir, grâce à un mental presque reconstruit, un peu lavée de ces souillures. Mais le coupable ne s'est jamais senti coupable..." 

Difficile, voire impossible, de parler à son entourage de ce que l'on appelle aujourd'hui un viol conjugal. Il y a 25 ans, cette notion n'existait même pas et tout ce qui se passait dans la chambre à coucher était l'affaire du couple comme aux siècles précédents.

De toutes les façons, aujourd'hui encore, qui veut croire une épouse lorsque, sans preuve irréfutable - à savoir des témoins oculaires - elle a le courage de se rendre à la police pour déclarer un viol ?

Quant aux violences verbales, qui détruisent autant, si elles ne sont pas proférées devant des personnes bien voyantes et bien entendantes, elles restent lettres mortes... comme la femme qui les a subies.

Eriam 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

myrtille 03/06/2013 18:29

chère Lucie, j'ai rencontré Eriam et nous avons parlé de vous, je lui ai donné un message pour vous je sais que vous l'avez lu et pris en considération, je suis heureuse de vous être venue en aide dans ce travail de renaissance! courage, il y a encore du travail mais petit-à-petit l'oiseau fait son nid! Les coups de cutters çà fait très mal sans anesthésie, mais c'est plus efficace, pour guérir un abcès! Je serai toujours impatiente d 'avoir de vos nouvelles!

Myrtille 22/05/2013 13:34

En relisant cette chronique parue il y à 5 mois, ce qui m'étonne c'est comment Julie aux deux suicides ratés, a fait pour continuer de vivre, (ne parlant pas de divorce) avec un homme qui a bien faillit la détruire! Et je sais aujourd'hui, que cette action en ce jour où les femmes avaient la parole, n'a pas été stérile dans ce cas de détresse exprimée! Merci Eriam d'avoir été la porte-paroles de cette femme meurtrie. dite-lui si vous en avez l'occasion que son 'histoire' a suscité une compréhension féminine, émue par cette révélation!

AL 26/11/2012 09:19


Pour être plus précise, j'ai fait le choix de retirer ma plainte pour pouvoir divorcer et tourner la page. Quand on retire sa painte, il faut savoir qu'il ne reste rien dans le dossier, donc
c'était un autre risque à courir... Au contraire quand on maintient sa plainte qui remonte au Procureur de la République, on ne peut plus divorcer tant que la procédure  est en cours ...


Je suis passée par toutes les étapes: interrogatoire seule et confrontée à "l'autre" au Commissariat, examen à l'hôpital...

Myrtille 26/11/2012 09:10


Beau témoignage...AL, heureuse en ce cas, que le divorce ait été un sauvetage! Ce qui hélas, n'est pas toujours possible!

AL 25/11/2012 17:45


j'ai vécu cela dans mon ancienne vie de femme mariée. Je peux témoigner que malheureusement c'est vrai....